Les médias en parlent

Neon Magazine : Do you Pic Speech ?

14 juin 2015
Neon magazine
Neon magazine
Dossier de Mathias Chaillot paru dans la magazine Néon de mai 2015 – #30
Dossier Neon Magazine

Dossier Neon Magazine

Dossier Pic Speech Neon Magazine

Dossier Pic Speech Neon Magazine

Dossier Neon Magazine

Dossier Neon Magazine

Dossier Neon Magazine

Dossier Neon Magazine

>>> COMMANDEZ LE LIVRE

Article du site web de Néon Magazine citant l’article « Do you Pic speech ? »

par Lucie A.

En savoir +

Des cœurs, des cœurs et encore des cœurs. Il semblerait que par texto, les Français soient bien plus romantiques que le reste du monde…

Les smileys, émoticônes et emojis en tous genres font désormais partie intégrante de notre quotidien. Qu’il est rare de recevoir un texto qui ne se termine pas par un petit visage rond tout jaune qui sourit – ou qui fait la gueule, ça dépend… (D’ailleurs, dans le NEON #30 en kiosque actuellement, on vous parle des smileys vs les mots dans l’article « Do you pic speech »). Vous, personnellement, vous faîtes partie de ceux qui envoient des cœurs à tout va ? Eh bien, vous n’êtes pas le seul. Selon un rapport de l’entreprise londonienne SwiftKey, les Français sont ceux qui envoient le plus d’émoticônes avec des cœurs. Ils représentent plus de la moitié (55%) des petits symboles que l’on utilise. Ah, le romantisme à la française ! L’étude brise également un important cliché : non, les Français ne sont pas ronchons ! En plus d’être de « french lovers », nous sommes aussi le pays qui envoie le plus d’émoticônes positives (86%).

Les Français sont donc les moins négatifs, avec seulement 7% d’envois de symboles tristounets, contrairement aux Américains hispanophobes, grands champions de la négativité (22%). De leur côté, les Canadiens sont adeptes des émoticônes violentes. Pistolets, bombes, couteaux et explosions à tour de doigt ! Les Australiens, eux, préfèrent picoler par textos, puisqu’ils envoient deux fois plus de pintes de bière ou de verres à cocktail que la moyenne. Les plus religieux sont les Brésiliens et les plus grands amoureux de la nature sont arabophones : ils envoient quatre fois plus de fleurs ou de plantes que les autres. Alors, qui a dit que les Français n’étaient pas agréables à vivre ?

Les médias en parlent

Forum d’Avignon, culture is future : « Parlez-vous pic speech ? »

14 juin 2015
Site web du Forum d'Avignon - article sur le Pic speech

Site web du Forum d’Avignon – article sur le Pic speech

Pour en savoir +

http://www.forum-avignon.org/fr/parlez-vous-le-pic-speech

La nouvelle langue des générations Y et Z Le « Pic Speech », c’est ainsi que Thu Trinh-Bouvier a baptisé cette langue du métissage culturel pratiquée par les jeunes d’aujourd’hui. Dans son ouvrage intitulé  » Parlez-vous Pic speech ? », l’auteure nous livre une étude sociologique sur la manière dont les générations Y et Z défrichent et inventent un mode de communication dans laquelle l’image est le vecteur central de leurs échanges.

Thu Trinh-Bouvier décode cette nouvelle syntaxe visuelle qui mixe photographies, « émoticônes », courtes vidéos, dessins et commentaires. Loin de l’idée qu’on peut se faire d’un appauvrissement du langage des jeunes et de leur isolement, seuls devant leurs écrans, cette étude dévoile la richesse et la complexité de cet idiome en perpétuelle évolution, qui intensifie les liens affectifs tissés entre eux. Expression de leurs valeurs et de leurs visions joyeuses sur le monde, spontanéité de leurs manifestations, cette langue exprime surtout des engagements identitaires où l’émotion constitue le moteur créatif.

Cette étude propose une grille d’analyse pour mieux comprendre cette nouvelle forme d’expression qui se développe notamment sur Instagram, Snapchat, Vine, Facebook, Twitter, dans les sms et qui influence déjà notre manière de communiquer.

A propos, parlerions-nous le « Pic speech » sans le savoir ?

————-

Do you speak « Pic Speech » ?

The new language of the Y and Z generations The « Pic Speech » this is how Thu Trinh-Bouvier called this language of cultural melting pot spoke by youngsters today. In her book “Do you speak Pic Speech ? ” the author exposes a sociological study about the way Y and Z generations are precursors by inventing means of communication in which the picture is at the heart of their exchanges.

Thu Trinh-Bouvier deciphers this new visual syntax which is a mix of pictures, emoticons, short videos, drawings and comments. Contrary to the idea of an impoverishment of the youngsters’ language and isolation – facing their screens alone – this study reveals the cultural wealth and complexity of this idiom that keeps evolving, making the youngs’ affective links more intense. An expression of their values, their happy outlook on the world, spontaneity, above all this language stands for identity engagements in which emotion is the driving force.This study puts forward an analysis grid to understand better this new way to communicate they particularly used on Instagram, Snapchat, Vine,Facebook, Twitter and in text messages that already influences the way we communicate.

>>> COMMANDEZ LE LIVRE

Les médias en parlent

Infor Jeunes – Bruxelles – « Et toi, parles-tu Pic speech ? »

14 juin 2015
La Fédération Infor Jeunes Wallonie - Bruxelles : Infor jeunes

La Fédération Infor Jeunes Wallonie – Bruxelles

http://www.infor-jeunes.be/site/news-detail-357-Et-toi,-parles-tu-Pic-speech-?

 

Toi aussi tu n’envoies plus un seul sms sans mettre un émoticône ? Tu préfères envoyer une photo plutôt qu’un long texto ? Si la réponse à ces questions est « oui », c’est officiel, tu es atteint du syndrome « Pic speech ». Infor jeunes t’en dit plus !

Depuis l’apparition des smartphones, plus besoin de stylo, la plupart des communications se font par textos dans lesquels émoticônes et images sont omniprésents. Cette nouvelle forme de langage, appelée « Pic speech » est bien plus ludique et rapide, mais surtout, c’est un genre de langage codé, pas toujours compréhensible pour les adultes… Ce sont en effet en grande partie les adolescents nés après 1995 qui en sont les plus grands adeptes.

Le « Pic speech », qu’est-ce que c’est ?

« [C’est] un langage des images au sens large, qu’on pourrait aussi appeler « Parlimage ». C’est un mélange d’écrit et d’images. Ils [les jeunes] échangent des textos bourrés de signes cabalistiques, les émoticônes, qui symbolisent visuellement leurs émotions. Mais aussi des photos avec texte et dessins associés, parfois tracés au doigt sur l’écran tactile. Ou encore des vidéos très courtes et des gifs, ces images animées. Tout cela grâce à Snapchat, Instagram ou Vine, les applications de leurs téléphones mobiles », selon Thu Trinh-Bouvier, spécialiste de la communication digitale, responsable nouveaux média chez Vivendi, qui a réalisé une étude sur le phénomène.

Quel est l’avantage de ce nouveau mode de communication ?

Outre le fait que ce langage soit rapide et plutôt marrant, « il y a bien sûr la facilité de l’outil, le smartphone, qu’ils ont toujours à la main, qui renferme tout leur univers et qui permet de prendre des photos. Cette génération baigne, depuis sa naissance, dans la culture de l’image. Elle a pu photographier très facilement dès son plus jeune âge. C’est donc devenu un mode d’expression spontané, naturel, massif, qui structure son rapport au monde », explique Thu Trinh-Bouvier.

Est-on en train d’appauvrir notre langage ?

Envoyer de simples photos ou des petits émoticônes pourrait nous laisser croire que nous sommes en train d’appauvrir notre langage. Rassure-toi, il n’en est rien ! Le Pic Speech permet même de l’enrichir car il ajoute une dimension du langage oral dans nos textes. Le plus bel exemple est l’ironie exprimée notamment grâce à ces petites têtes au sourire narquois !

Les médias en parlent

Radio Canada : Le Pic speech, nouveau langage des adolescents

17 mai 2015
Blog Radio Canada

Blog Radio Canada

 

Ce récent article publié par Fred Cavazza passe en revue les différentes plateformes sociales fréquentées par un jeune de 19 ans. Dans son témoignage, voici quelques impressions que je retiens :

:) Facebook est, selon lui, une plateforme sociale « morte pour les ados ».

:) Instagram est de loin la plateforme sociale la plus populaire.

:) Twitter est considéré comme une énigme, la plupart des jeunes n’y voient qu’un intérêt limité.

:) Snapchat est en train de devenir la plateforme la plus populaire.

:) Yik Yak est l’application mobile qui monte.

:) Medium est présentée comme la plateforme de publication de référence.

:) GroupMe est l’application de messagerie de groupe la plus populaire, d’autant plus depuis que les GIF animés sont pris en charge.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une étude, mais de l’opinion d’un seul adolescent, on y trouve des aspects cohérents avec d’autres analyses. Pour des explications plus détaillées, je vous invite à lire l’article, mais retenons simplement qu’adultes et adolescents ne partagent pas, ou ne partagent plus, les mêmes plateformes essentiellement parce qu’ils ne communiquent pas de la même manière.

Comme le mentionne Thu Trinh-Bouvier dans une entrevue accordée au journal Le Monde, les jeunes s’expriment dorénavant visuellement avec des émoticônes qui symbolisent leurs émotions, des photos, des vidéos très courtes, ou encore des GIF. Nous vivons dans une ère d’instantanéité largement facilitée par l’adoption massive du téléphone cellulaire. «Le smartphone, dont ils sont massivement équipés, est devenu pour eux l’équivalent du stylo.»

L’image conversationnelle

Selon Thu Trinh-Bouvier, le réseau social Instagram permet aux jeunes de se mettre en valeur à travers ces fameux égoportraits retouchés à l’aide de filtres. Elle mentionne que c’est le lieu des déclarations d’amitié et d’amour. Ensuite, il ne faut pas négliger l’importance des émoticônes toujours plus variées les unes que les autres. « Ces petits dessins fournissent une clé de lecture du message, ils l’enveloppent, lui donnent de l’affect. Un SMS sans émoticône est perçu comme violent, comme s’il y avait une tension, que la personne était contrariée. Si jamais, en plus, il y a un point à la fin de la phrase, c’est que le problème est grave! »

Quand j’étais jeune, je passais des heures au téléphone avec les camarades de classe avec lesquels je venais de passer la journée. Rien n’a véritablement changé, sinon que le rapport aux autres ne s’inscrit plus dans le son, mais dans l’image. Thu Trinh-Bouvier explique que l’image sert, d’une part, à entretenir le lien et, d’autre part, à susciter une réaction. Cela dit, contrairement à mes interminables conversations d’adolescente, les échanges des jeunes d’aujourd’hui laissent aussi des traces qui prennent la forme de souvenirs, mais aussi d’outil d’intimidation dans le pire des cas.

La domination de Snapchat

Thu Trinh-Bouvier qualifie Snapchat de temple pour les jeunes, « celui de la culture LOL ». Encore ce matin, Fred Cavazza confirmait la domination de Snapchat dans les échanges entre jeunes : « Pour simplifier : les ados l’adorent, car les adultes n’y comprennent rien. »

snapchat

Snapchat

L’étude Global Web Index signale aussi que Snapchat est l’application dont l’auditoire a grandi le plus vite en 2014, avec une croissance de 57 % en une seule année. C’est 15 % des adolescents de la planète qui l’utilisent, avec des pointes en Angleterre et en Suède, où près de 40 % des jeunes en sont des adeptes. Au Canada, on compte 26 % des adolescents qui utilisent Snapchat. C’est notamment ce qui lui permet d’offrir des tarifs publicitaires prohibitifs, comme le souligne cet article qui parle d’un montant de 750 000 $ par jour.

Se distinguer des adultes

Les plateformes comme Snapchat permettent aux jeunes de créer un espace de liberté, qui remplit une importance fonction sociale, de surcroît.

Ce pic speech, ou « parlimage » permet aux jeunes de se créer une culture qui échappe au contrôle des adultes et qui renforce leur sentiment d’appartenance à un groupe. Plusieurs études avaient déjà fait le constat avec les messages texte, ce langage que certains considèrent comme opaque. Les adolescents d’aujourd’hui ont trouvé une nouvelle façon de consolider leurs rapports entre eux, à l’abri du regard des adultes. C’est en partie ce qui expliquerait, toujours selon Thu Trinh-Bouvier, que les jeunes mettent peu de photos sur Facebook, ou alors qu’ils les concentrent dans des groupes.

Ça vaut la peine d’aller jeter un oeil sur Snapchat, ne serait-ce que pour comprendre l’engouement des jeunes pour ce langage de l’image.

 

En savoir +

http://blogues.radio-canada.ca/triplex/2015/03/11/catherine-mathys-44/

>>> COMMANDEZ LE LIVRE

Les médias en parlent

Psychologies Magazine : les écrans de la béauté

6 mai 2015
Psychologie Magazine

Psychologie Magazine

 

Dossier Psychologie Magazine

Dossier Psychologie Magazine

Dossier Psychologie Magazine

En savoir +

http://www.psychologies.com/Beaute/Image-de-soi/Soin-de-soi/Articles-et-Dossiers/Reseaux-sociaux-ce-que-revelent-nos-photos-de-profil

Par Valérie Bauhain – article paru dans Psychologie Magazine de mai 2015

Se sentir belle, c’est aussi se voir belle. Et se montrer. À l’heure du tout images, comment jouer avec la sienne ? Analyse des nouveaux usages de la beauté numérique et conseils d’experts pour se mettre en scène sur les réseaux sociaux.

 

« A l’avenir, chacun aura son quart d’heure de célébrité. » Andy Warhol avait raison, à un détail près : ce sera sur le web. Au moment où le premier musée du selfie s’ouvre à Manille, aux Philippines, Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, rappelle que « le désir de se montrer est fondamental à l’être humain, et il est antérieur à celui d’avoir une intimité ». L’an dernier, 1,8 milliard de photographies ont été partagées chaque jour dans le monde, soit cinq fois plus qu’en 2012 (Source : « Internet Trends 2014 », rapport annuel de Mary Meeker, KPCB, mai 2014), et on compte plus de 35 millions de selfies mensuels. Autant d’images qui nous permettent de construire notre identité numérique. Enjeu crucial : trouver notre « bon profil » ne suffit plus, l’essentiel est de trouver la bonne photo de profil. Être photogénique, ou plutôt apparaître comme tel sur Facebook ou Instagram, est devenu la norme.

Un vernis sur notre quotidien

La meilleure photo est-elle celle qui nous ressemble ? « Pas forcément, répond la psychanalyste Fabienne Kraemer. Le moi que l’on expose, même s’il est retouché, est l’image que l’on veut donner de soi. Le selfie, c’est une façon de maîtriser son image, mais aussi d’être en accord avec elle. » Avant d’être postée, chaque photo est soigneusement choisie, souvent retouchée et recouverte d’un filtre qui la patinera. Ces beautés virtuelles et multiples sont comme une seconde peau. Un vernis posé sur notre quotidien pour n’en faire ressortir que le meilleur, selon les codes propres à chaque plateforme. L’usage sur Facebook, par exemple, est de créer une succession des moments les plus enviables de notre vie – privée, le plus souvent. Sur Instagram, réseau de partage d’images, on se montre essentiellement derrière un filtre esthétisant. Résultat de cette automédiatisation à outrance, selon Fabienne Kraemer : « On essaye de se voir plus beau que l’on est pour mieux s’aimer. »

Mais, à force de jouer avec son apparence, la réalité sans filtre peut devenir difficile à accepter. Sophie, juriste de 38 ans, a confié à un photographe le soin de réaliser sa photo de profil pour le réseau professionnel LinkedIn, afin d’aider sa recherche d’emploi à aboutir. « Je suis une grande adepte des selfies, donc je maîtrise assez bien mon image. Mais là, je voulais en proposer une professionnelle pour mettre toutes les chances de mon côté », précise la jeune femme. Le résultat de la séance n’a pas vraiment été celui escompté. « Quand le photographe m’a envoyé sa sélection, je me suis effondrée, confie-t-elle. J’ai pleuré à chaudes larmes pendant près d’une heure : j’avais l’impression que ce n’était pas moi, je ne me reconnaissais pas. Avec le recul, je me suis rendu compte que cette photo me renvoyait inconsciemment à ma position de chômeuse. »

Réécrire le film de sa vie

Mise en ligne, notre image pourra ensuite être validée par le cercle de nos amis au travers de « j’aime » et de commentaires. À chaque photo son filtre et une nouvelle facette de notre personnalité digitale. « La beauté numérique pourrait se définir par le fait de tricher tout le temps, poursuit Fabienne Kraemer, dans un faux monde où l’on s’invente une vie pour fuir la banalité du quotidien. On choisit de mettre en scène les moments de sa vie privée dont on veut que les autres se souviennent. Il n’y a pas tant de différence avec les anciens albums photo, seule l’exhibition pousse un peu plus l’exigence. »

Toutes les tonalités données à notre image sont-elles pour autant un déguisement ? Au fond, n’est-ce pas comme dans la vie, où l’on joue avec nos vêtements pour, certains jours, être plus sophistiqué ou (avoir l’air) plus sportif ? « Ça marche en effet un peu comme un vestiaire, confirme Yann Leroux, psychologue, psychanalyste et geek assumé. Des éléments de soi sont testés sur les réseaux et, s’ils sont validés par la communauté, ils seront intégrés à sa propre représentation. Certaines personnes y seront par exemple plus vantardes ou plus généreuses que dans la vraie vie. Finalement, c’est un moyen intéressant de continuer à se découvrir. » Le changement est majeur, car « l’identité n’est plus une propriété privée de l’individu […], écrit Serge Tisseron dans un article sur l’image de soi et les réseaux sociaux. Elle est une fiction tributaire des interactions entre un groupe de personnes, et donc chaque fois différente ». Même si elle n’est pas le reflet fidèle de la réalité, cette vie en ligne a une véritable influence sur notre vie IRL (in real life, « dans la vie réelle »), comme disent les Anglo-Saxons. « Nous agissons conformément aux images de nousmêmes que nous portons en ligne, complète Yann Leroux. Ce n’est pas une comédie, et les conséquences sont immédiates sur notre comportement, notre personnalité. »


Des clichés qui parlent

Ce flux continu de publications visuelles assorties de smileys, de commentaires parfois directement insérés dans l’image, comme le propose l’appli de partage de photos et de vidéos Snapchat, devient une langue à part entière. « Pour démarrer la semaine, j’aime bien poster un selfie joliment mis en scène, révèle Laurène, 34 ans. Ça m’amuse, et puis je trouve que c’est plus parlant pour raconter mon état d’esprit. C’est une façon de me motiver et de faire circuler ma bonne humeur. » Les images seraient-elles en train de remplacer les mots ? Pour Fabienne Kraemer, « la parole est aujourd’hui dépassée par l’image. Nous avons à notre disposition différentes façons de communiquer : je crois qu’on peut même faire des lapsus photo ».

Ce flux de représentations de nous sert bien sûr à être visibles, mais aussi à communiquer nos émotions, nos états d’âme, à donner des nouvelles… « Je vais bientôt partir en vacances, raconte Corine, 45 ans, et je sais déjà que je posterai des photos de moi pour échanger avec mes proches. Je ne m’en vais qu’une semaine, donc je n’appellerai sûrement pas mon fils, mais on échangera quelques “like” et des commentaires : ce sera comme si on avait discuté. » Le principe d’images conversationnelles – c’est le phénomène du pic speech (qu’on pourrait traduire par « parlimage ») – est une pratique courante chez les adolescents, mais pas seulement. « Pour moi, ce nouveau langage n’implique pas seulement la photo, précise Thu Trinh-Bouvier, auteure de Parlez-vous pic speech ? (Éditions Kawa, 2015). Il est aussi constitué d’émoticônes, de dessins sur Snapchat, de vidéos et, bien sûr, de texte. C’est un message où l’image est au premier plan, mais mêlée à d’autres médias. » Poster un selfie, c’est dire « je ». Nos images sont en fait une vraie prise de parole, un vecteur de partage, et pas seulement l’expression d’un désir égoïste d’exposer sa beauté numérique.

 

Illustration : photo de la fin de l’article de Psychologie magazine

Dossier Psychologie Magazine

Dossier Psychologie Magazine

 

>>> COMMANDEZ LE LIVRE

Les médias en parlent

Le Journal du Net – chronique d’Alexandre Malsh – Génération P. Oui, elle Peut !

5 mai 2015
Chronique Alexandre Malsh

Chronique d’Alexandre Malsh, co-fondateur et Directeur Général de meltygroup sur le site du Journal du Net

 

On peut bien sûr dire que ces jeunes-là n’ont connu que la crise économique, les galères, les pesanteurs d’un système bloqué et d’un spectacle politique peut enthousiasmant. On peut aussi les qualifier « d’internet natives » puisqu’ils ont grandi dans un univers numérique leur donnant accès à tous les savoirs, à tous les jeux, à tous les réseaux, en tous lieux !

Mais on peut surtout parler d’eux par ce qu’ils réalisent, souvent en dehors des feux de l’actualité, dans leurs communautés, sur le terrain. En ce sens nous avons affaire à une génération très différente de toutes les autres. melty la connaît bien, et pour introduire l’éclairant ouvrage de Thu Trinh-Bouvier, je propose de la baptiser, une fois n’est pas coutume, génération P. Oui, Génération P. De toute façon nous sommes arrivés au bout des X, Y ou Z… alors, autant se libérer de ces abréviations réductrices et inventer une vision nouvelle de cette Population. Ce Pragmatisme leur va bien, à eux qui n’attendent rien de la puissance publique (trop occupée à renflouer ses caisses et édicter des règlements) et ont décidé de se débrouiller par eux-mêmes. Entre eux.

Génération P, donc. P comme Partage et P comme Pote (et comme bon Plan)

Nous voyons vivre, depuis nos médias melty, des jeunes qui évoluent au cœur de la co-révolution, ce mouvement à la fois spectaculaire et discret qui va de l’entre-pote festif jusqu’aux financements par crowdfunding. Ces jeunes habitent en co-location, ils utilisent le co-voiturage, ils se considèrent déjà comme acteurs de l’économie collaborative. Ils vivent dans l’ère du savoir-faire collaboratif (jusque dans le management des start-up) et de la confiance dans l’intelligence collective. Ils ont pris l’habitude dès leurs plus tendres années de dialoguer pour s’en sortir mais surtout de partager. Le Peer-to-peer est leur fond d’écran. Le partage touche tous les compartiments de leur vie, depuis le partage d’un Paris-Lyon en auto jusqu’au partage du savoir le plus pointu ou des coups de cœur musicaux.

Génération P, aussi,  comme Projet, comme Pionniers, comme Pépinière, comme Pourquoi Pas ?

Il se crée en France quelque 400 entreprises chaque jour (une cinquantaine au Royaume-Uni). Près de 70% des 538.000 créations d’entreprises de 2013 sont le fait d’auto-entrepreneurs (51%) et d’entrepreneurs individuels (19,5%). Surtout, selon l’Agence pour la Création d’Entreprise, plus de 20% d’entre elles sont fondées par des moins de trente ans. Les jeunes Pousses françaises, innovantes et hardies, se retrouvent aussi bien dans les marchés strictement numériques (Deezer, Daylimotion ou Criteo) que dans le monde de l’économie collaborative (Blablacar, par exemple). Et au-delà des entrepreneurs emblématiques, cette génération s’exporte bien, car elle se vit comme Planétaire : observez les parcours de ces jeunes ingénieurs français que se disputent la Silicon Valley et surtout New York pour leur excellence en matière de logiciels, d’électronique, d’aéronautique, de spatial, de clean-techs et qui participent au soft power de notre pays. Regardez l’excellence française dans le secteur des objets connectés, excellence reconnue par les plus pointus des observateurs, avec par exemple quatre produits français sur les huit « plus cool » recensés par le magazine de référence Wired, à l’occasion du prestigieux Consumer Electronics Show de 2014.

Cette Génération P est la génération du Paradoxe

Alors que la deuxième décennie du siècle en France est marquée par le pessimisme et le french-bashing dont abusent les médias installés, de son côté sans faire beaucoup de bruit la Génération P, cette jeunesse du « Pourquoi Pas » (Y not ?), développe sa propre culture inscrite déjà dans l’après-crise. Elle ose rêver de grandes choses en partant de son quotidien le plus trivial. La Génération P est celle de tous les Possibles !

Alexandre Malsh, Co-fondateur et Directeur Général de meltygroup

 

En savoir +

http://www.journaldunet.com/management/expert/60729/generation-p–oui–elle-peut.shtml

>>> COMMANDEZ LE LIVRE

Les médias en parlent

Das bild, neue sprache der teenager

30 avril 2015

Berlin Chamber Opera

Die jugendlichen haben eine sprache entwickelt, die ihnen eigen ist und die den vorteil hat, machen unverständlich erwachsene. Sie kommunizieren durch die bilder. Im Sprechen sie Pic-speech ? (Verlag Kawa), veröffentlicht ende januar, Thu Trinh-Bouvier, spezialist für digitale kommunikation, leiter neue medien bei Vivendi, entschlüsselt dieses phänomen, bietet eine wertvolle untertitel zu den eltern.

Sie erklären, dass die jungen menschen geboren, die seit 1995, also mit dem Internet verbunden sind, und dauernd über ihr mobiltelefon entwickelt haben, eine neue sprache. Worin besteht sie ?

teens üben nun eine besondere sprache, die ich als die pic-speech (für bild-speech), eine sprache, die bilder, die im weitesten sinne, dass man sie auch nennen könnte, « Parlimage ». Es ist eine mischung aus geschrieben und bilder. Sie tauschen sms mit kabbalistischen zeichen, emoticons, die symbolisieren, visuell, ihre gefühle. Aber auch bilder mit text und designs, manchmal pfade, die mit dem finger auf dem touchscreen. Oder noch sehr kurze videos und gifs werden diese bewegten bildern. Das alles mit Snapchat, Instagram oder Vine-anwendungen, die von ihren handys.

Das smartphone, wie sie sind massiv ausgestattet, hat für sie den gegenwert des stifts. Ihre lieblingsbeschäftigung nach dem austausch von SMS, besteht darin, zu fotografieren und zu teilen. Es ist eine welle. Sie lassen von Facebook zugunsten der sozialen netzwerke und instant-messenger für den austausch dieser bilder. Instant messaging Snapchat ist ihr tempel, kultur LOL : haben sie sich dort in szene zu setzen, üben humor potache, alles ist erlaubt. Einige teenager senden sie dutzende von Snapchat pro tag. Sie fotografieren und posten alles, die ganze zeit, wie sie atmen. Sie kommen bei ihnen, fotografieren, ihre füße, die auf die straße gehen. Und posten : « Ich werde mich zu kaufen wachsende und ich dich wieder nach. »

Auf dem sozialen netzwerk Instagram, sie legen mehr wert durch selfies wegretuschiert mit hilfe von filtern. Es ist das aushängeschild geleckt welt fröhlich und esthétisant. Es ist auch der ort der erklärungen, die von freundschaft und liebe. Und in ihren sms, sie setzen immer emoticons, die sich aus den bibliotheken immer mehr erweitert. Diese kleinen zeichnungen liefern einen schlüssel nachricht gelesen wurde, wird sie umhüllen, geben ihm affekt. Ein SMS ohne smiley gilt als gewalttätig, als gäbe es eine spannung, die der mensch war bestürzt. Wenn überhaupt, gibt es einen punkt am ende des satzes ist, dass das problem !

Mischung von bildern, emoticons, text und zeichnung : die sprache des jungendlichen über die netze ist ein kreativer, als man denkt.

Warum diese massiven einsatz von bildern in der expression von jugendlichen ?

Es gibt natürlich die einfache werkzeug, das smartphone, dass sie immer in der hand, in dem sich ihre ganze universum und ermöglicht es, fotos zu machen. Diese generation badet, der seit seiner geburt in die kultur des bildes. Sie konnte das fotografieren sehr einfach schon im jungen alter. Es wurde also ein ausdruck natürlichen, spontanen, massiv, struktur, in seinem bericht an die welt.

Einige jugendliche nehmen sich die fotos an, die nicht dazu bestimmt sind, gezeigt zu werden, aber füttern ihre inneren dialog, wie sie sich eintragen würden ein tagebuch. Für sie ist das bild, was es gibt besser geeignet, um auszudrücken, einen emotionalen zustand. Und es verstärkt den bezug zu den anderen. Wir verbrachten wir stunden am telefon kunden von der high school, sie halten den link senden von fotos. Eine art und weise zu sprechen in der ersten person, bedeuten die anwesenheit der anderen.

Es ist für sie der ausdruck der effektivste, weil sie diese gemeinsame kultur. Der emotionale gehalt der nachricht wird sofort verstanden, die durch den empfänger. Die jugendlichen nicht schreiben nie « Ich verbrachte meine egal zu tun, volleyball spielen mit freunden », schicken sie eine selfie von ihnen in der mitte dieser freunden und gelände. Es ist einfacher und macht mehr spaß. Es ist das bild gespräch, die dort vor allem für die erhaltung der link und eine reaktion zu entlocken. In einem zweiten schritt nur, er spielt seine funktion als garant für die erinnerung.

« pic speech », wie die « verlan » vergangener zeiten können sich unterscheiden senioren ?

 » Ja, natürlich, teens erfunden haben, eine sprache, die alle ihre eigenen, die ihnen ermöglicht, kontrolle entziehen erwachsene und behaupten, ihre zugehörigkeit zu einer gruppe. Auf Facebook, wo sie wissen, dass die erwachsenen gehen, sie legen wenig von online-fotos oder dann nur für ihre gruppe von freunden. Sie bewegen sich in richtung Snapchat oder Instagram, das ist gut, weil das ist, wo befindet sich ihr gebiet, ihre blase. Sie sind z. b. meister in der kunst zu bewahren (« thescreener»), die flüchtigen bilder.

Die eltern nichts verstehen, die kultur LOL, diese nachrichten gefüllt emoticons. Es ist eine sprache, die komplexer ist, als es scheint, mit viel implizite regeln, die erfordert, lernen und entwickelt sich vom kollegium am gymnasium. Es ist auch gut, kreativer, als man denkt. Auf Snapchat, einige jugendliche sind in der lage, eine geschichte zu erzählen, durch eine abfolge von fotos, wie in einer diashow. Wenn sie sprechen, wenn sie schreiben, die lehrer, die eltern sagen: « sagt Man nicht, man schreibt es nicht ». Dort haben sie eine weiße seite, einen raum der freiheit, was mehr ist von globaler dimension.

Les médias en parlent

La Tribune de Genève : Les 14 à 23 ans créent leur propre jargon, le «Pic speech»

27 avril 2015
Tribune de Genève

Tribune de Genève

Article de Rebecca Mosimann paru dans la Tribune de Genève le 27 avril 2015

En savoir +
http://www.tdg.ch/savoirs/Les-14-a-23ans-creent-leur-propre-jargon-le-Pic-speech/story/26959556

Instagram, Snapchat, Facebook ou encore WhatsApp: sur les réseaux sociaux comme sur les applications mobiles, les 14 à 23 ans créent leur propre langage: vidéos de quelques secondes, photos éphémères, smileys qui éclatent de rire ou en sanglots sont autant d’outils à disposition pour exprimer leurs émotions, loin des formes d’échange de leurs parents. La Française Thu Trinh-Bouvier, sociologue de formation et experte en communication digitale, propose une grille de lecture pour mieux appréhender cette nouvelle forme d’expression, qu’elle nomme Pic speech.

Qu’entendez-vous par Pic speech?
C’est le nom que j’ai donné à ce nouveau langage utilisé actuellement par les jeunes de 14 à 23 ans. Via les smartphones, il permet d’être en lien en permanence et de manière très intense à travers une communication centrée sur l’image. Grâce aux applications mobiles et aux réseaux sociaux, les jeunes explorent d’autres formes d’expression avec le plaisir de mélanger différents types de contenus, comme des vidéos courtes, des images auxquelles ils ajoutent du texte ou du dessin.

L’image a-t-elle surpassé le texte?
Je ne serai pas aussi catégorique que ça. J’ai plutôt l’impression qu’il y a un lien très étroit entre l’un et l’autre. Lors de mes entretiens, beaucoup de jeunes m’ont dit que le mot était important, qu’il contextualisait l’image de manière simple. Sur Instagram, par exemple, en géolocalisant l’endroit pris en photo, le texte apporte une information complémentaire dans la légende.

Comment les jeunes utilisent-ils les émoticônes?
Ils sont là pour dire dans quel état d’esprit et d’humeur on envoie le message. Ils accompagnent le texte et lui donnent une tonalité affective. Parfois, un SMS sans émoticône peut être interprété comme agressif. On constate à quel point leurs échanges sont chargés émotionnellement.

Quelles sont les applications les plus en vogue chez les adolescents?
On a constaté ces derniers mois l’explosion de Snapchat. Elle permet d’envoyer des images éphémères. Chaque application a son univers esthétique. Snapchat repose sur l’humour potache. L’expression y est spontanée. Pour certains, il remplace même les SMS.

Ce nouveau langage est-il une tentative d’émancipation?
Oui, il s’inscrit dans une recherche d’autonomie et d’un espace d’expression avec ses propres règles. Il n’est pas toujours compris des adultes, qui peuvent le regarder avec condescendance, car les jeunes ont parfois un rapport décomplexé avec l’orthographe ou la grammaire.

Quel rôle joue Facebook?
Selon une récente étude américaine, il reste le principal réseau de la représentation sociale au sens large, qui peut inclure les parents et la famille. Sur les messageries instantanées de type Instagram et Snapchat, où les adultes sont moins présents, les jeunes instaurent une relation plus personnelle au sein de leurs groupes, avec leur propre mode d’expression.

Leur rapport au corps apparaît décomplexé, notamment avec l’usage effréné des selfies.
Ils maîtrisent progressivement les représentations d’eux-mêmes. L’apprentissage se fait entre le collège et le lycée. Les plus jeunes ont tendance à poster sur Facebook beaucoup de selfies. Les jeunes filles organisent d’ailleurs des séances shooting ensemble. En grandissant, il y a une prise de conscience et un contrôle de son image. Certains demandent de retirer des photos ou de ne pas mentionner leur nom sous un cliché posté sur Facebook.

Y a-t-il autant d’autodérision que de narcissisme?
Oui. Ils explorent ces deux parties d’eux-mêmes: à travers l’humour ou au contraire avec un côté très esthétisant dans le traitement des photos, en utilisant des filtres par exemple. Ils sont conscients que s’ils se montrent toujours sous leur meilleur jour, on peut aussi se moquer d’eux. Ce regard décalé sur eux-mêmes se traduit par des selfies avec des grimaces ou des duckfaces (ndlr: moues imitant le bec d’un canard).

Quelles sont les règles qui régissent leur communauté?
Comme ils sont toujours à la limite du privé et du public, un des facteurs déterminants est la confiance. C’est à partir de ce critère qu’ils vont ou non envoyer une photo décomplexée ou personnelle via Snapchat à leur meilleur ami. Ils créent ainsi des cercles plus ou moins proches d’amis dans ce rapport de confiance. Beaucoup d’entre eux m’ont dit qu’ils gardaient aussi un grand nombre de photos pour eux, comme un journal intime. Il existe ainsi une relation très personnelle à l’image, qui nourrit un dialogue intérieur. (TDG)

 

En savoir +

http://www.tdg.ch/savoirs/Les-14-a-23ans-creent-leur-propre-jargon-le-Pic-speech/story/26959556

>>> COMMANDEZ LE LIVRE